FBG Prepresse

Recevez mes nouveautés par e-mail en vous inscrivant à la newsletter:

Descendance de Julien Le Bret

Descendance de Julien Le Bret, vivant à Gisors au début du XVIe siècle.

Le Bret

Présentation de l'ouvrage :

Cet ouvrage s’inscrit dans le cadre de l’étude des élites françaises.
L’auteur a choisi de présenter la descendance de Julien le Bret qui s’étend pour une part en Allemagne, en Belgique, en Italie et au Portugal. La grande majorité des descendants étant restée française. Ce livre possède la particularité de commencer avec la présentation d’un gentilhomme normand, peu connu, mais dont la descendance s’est écrite dans les plus belles pages de l’histoire de France.
Jean Le Bret, ingénieur agronome, s’est spécialisé dans l’horticulture. Aujourd’hui à la retraite, il a employé ces dernières années toute son énergie à élaborer un livre autour de la descendance de son aïeul  Julien Le Bret, gentilhomme normand. Sa passion de la généalogie lui a été donnée depuis sa plus tendre enfance par sa grand-mère Le Bret, née  Jeanne Chauchat.


PRÉFACE

Lorsque j’ai accepté de parrainer le livre de Jean Le Bret, j’étais loin d’imaginer ce qu’il pouvait effectivement contenir. En fait, il apparaît immédiatement comme l’œuvre d’une vie.

Avoir osé partir de Julien Le Bret, notable vivant à Gisors au début du XVIe siècle et en étudier toute la descendance, tant par les hommes que par les femmes jusqu’à nos jours, constitue un véritable défi.  Jean Le Bret l’a relevé et je suis très content de pouvoir recommander son travail.  Bien qu’elle soit restée longtemps oubliée, la descendance par les femmes est aussi importante que la descendance par les hommes. Or, trop souvent, pour des raisons de facilité ou en raison de préjugés, elle a été omise dans les travaux généalogiques. Raisons de facilité, certes, l’étude des filiations féminines entraînant souvent, surtout pour les XVIe et XVIIe siècles, des recherches complémentaires difficiles et maintes fois sans résultat hors de la région d’origine de la famille. En effet, les filles mariées ne sont pas facilement repérées faute de connaître le patronyme de leurs maris. J’en sais quelque chose pour avoir fait la même démarche pour ma famille et avoir perdu la trace de bon nombre de descendants à cause de filles dont je n’ai pas trouvé le patronyme des époux ou bien dont j’ai trouvé les maris, sans avoir aucune idée de leur demeure ni de leur profession.

Préjugés également, car certains généalogistes, encore assez nombreux, continuent à ne s’intéresser qu’aux descendances masculines, considérant les filles et leurs descendants comme n’étant pas dignes d’intérêt. On se croirait à une époque révolue où les filles n’étaient même pas notées dans les généalogies familiales !

 Bref , Jean Le Bret nous offre un travail de toute manière sérieux et le plus complet possible. Qu’il soit ici remercié de sa contribution à la connaissance des familles souches, je veux parler de celles qui, partant d’un seul membre, ont été à la base d’une descendance numériquement importante.

Une telle étude nous fournit une descendance essentiellement noble, française pour sa plus grande partie, mais elle nous mène aussi hors des frontières de notre pays et de la noblesse. On y voit donc, de manière évidente, le brassage des populations, brassage qui ne cesse de s’amplifier à notre époque. De là à répéter sans nuance «nous sommes tous cousins», il n’y a qu’un pas et je ne le franchis pas. Tous cousins, c’est probable, mais à quel degré ? Et le dire ne suffit pas, encore faut-il le prouver. De combien de familles ne pouvons-nous pas prétendre descendre par manque de documents qui nous auraient permis de le certifier en nous autorisant à remonter nos filiations d’un certain nombre de générations ?

Je vous invite donc à lire ce bel ouvrage et à y puiser, éventuellement, des renseignements que vous avez cherchés en vain. Et si, par hasard, vous avez des compléments, n’hésitez pas à les communiquer à l’auteur.

Co-fondateur et président honoraire de l’Union des Cercles Généalogiques et Héraldiques de Normandie

La SI FBG PREPRESSE a permis la réalisation de cet ouvrage :
LE BRET (Jean), Descendance de Julien Le Bret, vivant à Gisors au début du XVIe siècle.
Ouvrage achevé sous la direction de Frédéric de Berthier de Grandry
Préface du comte d'Arundel de Condé, co-fondateur et président honoraire de l'Union des Cercles généalogiques et héraldiques de Normandie
Postface de Michel Bourdas, secrétaire du cercle généalogique de Paris ; 2009, 488 p., 60 illustrations, ISBN 978-2-9564534-0-9.

39 EUROS TTC

+ 6 EUROS DE PORT

IMPORTANT : Frais de port pour la FRance métropolitaine, veuillez nous consulter pour une autre destination.

Prix hors frais de port.
alt

VOUS POUVEZ ÉGALEMENT ENVOYER UN CHÈQUE DU MONTANT DE LA COMMANDE À L'ORDRE DE "AFPP (ASSOCIATION FRANÇAISE DE PROMOTION DU PATRIMOINE", AU 18 RUE PIERRE BOUDOU, 92600 ASNIERES-SUR-SEINE. POUR TOUT RENSEIGNEMENT : 06 09 36 11 16.